Sigma 1965, histoire d’une affiche

 

L'affiche de la première édition du festival Sigma de Bordeaux en 1965

L’affiche de la première édition du festival Sigma de Bordeaux en 1965

Bordeaux, 25 octobre 1965, ouverture de la « semaine de recherche et d’action culturelle », autrement appelée Sigma. Cette première édition du festival d’arts contemporains, qui va marquer Bordeaux et la scène artistique pendant trente ans est retranscrite dans une affiche, signée Vera Molnar. Artiste d’origine hongroise, elle est considérée comme l’une des précurseures de l’art numérique et de l’art algorithmique. Son vocabulaire pictural est marqué par la ligne, le carré, ou encore le rond qu’elle utilise dans cette affiche de Sigma : la multitude des points et leurs diverses couleurs composent la lettre grecque Σ (sigma), symbolisant la pluridisciplinarité du festival et de ces acteurs. La composition des signes ainsi que l’agencement et le choix typographique en font un objet, à la fois daté, et très contemporain.

Tels des archéologues amateurs, nous nous sommes rendus avec Michel Aphesbero aux Archives municipales de Bordeaux, à la recherche de la maquette de l’affiche Sigma, ou du moins ce qu’il en reste.
La maquette est composée d’une multitude de gommettes découpées dans des feuilles peintes d’aplats de couleurs, fixées à l’aide d’une colle qui, elle, n’a pas supporté le passage du temps.

Ainsi, les gommettes tombées au fond d’une pochette plastique dans lequel se trouve la maquette rappellent des confettis étalés sur le sol un lendemain de fête. La vivacité d’un festival éteint se retrouve dans cette affiche déconstruite, conservée comme un artéfact d’un temps révolu.

À travers la construction de la vidéo, j’ai voulu retrouver l’essence de la première édition de Sigma et des années 60, qui fût une période d’expérimentations plastiques et visuelles, mais aussi musicales. Grâce aux photos de la maquette et à l’image de l’affiche, on remonte le temps au travers d’un symbole graphique, le rond. Ce signe se voit rythmé par un mix musical de deux compositions de Steve Reich : Come Out (1966) et Four Organs (1970). Ainsi, on passe en revue l’utilisation du rond, des années 60 jusqu’à son utilisation numérique contemporaine, pour amener à la réactualisation de cette affiche Sigma, hors du temps, dans une visualisation génératrice aléatoire.